Toujours Moonambel

Lundi 5 mars

Salut les amis !
Quoi de neuf pour vous ?
Ici les choses se passent tout doucement et tout va bien.
Je fais donc les vendanges de temps en temps, quand le temps le permet (cette dernière semaine ne fut pas glorieuse…). Les vendanges sont plus faciles ici, les vignes son assez hautes donc pour les grappes en haut pas besoin de se casser le dos. Ce sont plutôt les cuisses qui morflent car il y a quand même des grappes plus bas, dedans, cachées… et ça donne du debout accroupi debout accroupi…. Et le lendemain, accroupi tu peux plus !
En fait je suis en train de me faire des jambes rêve ! Car le week-end je bosse aussi dans le resto d’un vignoble, à environ 4 km de la maison, et j’y vais… en vélo ! 2 km de descente puis 2 km de montée… donc que ce soit à l’aller ou au retour, j’en chie ! Surtout quand c’est sous la pluie ! Et tout ça pour aller servir, en pantalon noir et chemisier blanc, des gros cons et des  pétasses qui pètent plus haut que leur cul…
Et riche évidemment… quand le steak à 60 $ (environ 50€) est trop gras et qu’en gros il pourrait en trouver de meilleurs et moins chers dans un petit resto du coin à Melbourne, mais que ce n’est pas grave, il en a mangé que la moitié, aucune importance, même pas dégoûté le gars !
Et manger la moitié de ce qu’on te sert dans les assiettes ici, ça veut dire ne pas manger grand choses ! Des assiettes immenses pour des toutes petites portions… ils doivent avoir l’estomac fragile ces gens là…
Et oui, c’est un resto standing où les clients sont assistés au point que l’on doit leur mettre et avec délicatesse et élégance leur serviette sur les genoux (tâche non des plus aisées lorsque les genoux sont sous la table ! et lorsque l’on s’assoit pour manger, les jambes sont toujours la table ! C’est parfois (même très souvent) un peu gênant, et pour tout le monde…). Bref, c’est la première étape. Puis on leur apporte le pain avec des pincettes, sur une petite assiette prévue à cet effet, à gauche de la plus petite des fourchettes… il y a tellement de verres et de couverts par personne que sur la table tu ne sais plus quoi appartient à qui…
Comme s’ils étaient allergiques aux carafes en inox, ils n’ont  pas le droit de toucher à la carafe d’eau, je dois remplir leurs verres avant qu’ils ne soient à moitié vide (ou à moitié plein, pas de commentaire pseudo-psychologiques sur ce sujet s’il vous plaît !). De même pour le vin… le contact avec une bouteille en verre leur donnerait-il des boutons ? Je devrais étudier le sujet… Et la vue des bouteilles de vin blanc les rendraient-ils malades ? Car lorsqu’ils en commandent une, on ne laisse pas la bouteille à côté d’eux, malgré que l’on ait des seaux à glace sur pied prévus à cet effet, non non, on remplit leur verre puis on va vite cacher la bouteille derrière le bar, dans un seau à glace…
Bref,  c‘est un monde à part auquel j’ai du mal à adhérer… mais je  joue très bien le jeu, je me pare de mes plus beaux sourires naïfs et tout le monde est content de moi. Mais c’est la dernière fois que je bosse dans ce genre de resto… on ne m’y prendra plus !

Commentaires:

Une Réponse à “Toujours Moonambel”

  1. Nic
    Nic écrit:

    Bouuuuuh! Céline …Courage !
    C’est une expérience ça !
    J’imagine tout à fait, tu as parfaitement décrit le décors …
    Je t’embrasse fort :)

Laisser un commentaire

«
»